Intimité ?

Présenté le 17 novembre 2013 au Salon Europe Refresh, aux Halles de Schaerbeek

Bonjour à tous,

C’est à mon tour de faire mon « Pecha kucha », c’est à dire présenter mon projet en 6 minutes 40 secondes exactement.

Le briefing que nous avons reçu commence ainsi : « Expectation of the audience is always high for stories. No self-promotional pitch. « 

Bon. Mais vous savez tous qu’on est ici pour vendre notre projet, non ? Alors pourquoi devrais-je faire semblant de vous raconter une histoire ? Peut-être parce que cela vous touchera plus, parce que cela vous paraîtra plus sympathique, plus personnel, plus… intime ?

Pour me situer : le projet qui m’a amené ici est un journal : le « Journal intime de quartier » qui vise à donner la parole aux femmes d’un quartier multiculturel de Bruxelles en leur proposant des ateliers communs et créatifs sur des sujets de sociétés qui les touchent directement. Dans un premier temps, des ateliers que nous organiserons s’adressera à des prostituées.

Je m’arrêterai ici. Si vous voulez en savoir plus sur le projet alors rendez-vous au stand numéro 35.

Ici je vais vous parler de ce qu’est l’intimité, à vous tous, pendant… les 5 mn50 qui nous restent maintenant. L’intimité dans les médias…

Pour commencer, un journal a deux sens : il peut être un moyen de communication ou il peut être un récit de vie, une mémoire. De nos jours nous adorons mixer ces deux formes (je ne citerais pas Facebook). Si possible avec des moyens hypers efficaces :

– moyen de communication efficace : instantané et destiné plus grand nombre, à grand renfort de communication : télévision, internet, les shows…

– intimité efface : c’est peut-être l’intimité choc ?  Le corps nu. Ou encore l’intimité convenue : les amours, les secrets de familles dévoilés.

Essayons alors ! Je crois bien que je suis en plein dans un moyen de communication hyper efficace, reste plus qu’à y introduire de l’intimité ! Je pourrais me déshabiller devant vous… mais non j’aurai fini avant la fin de mon contrat (4mn40 maintenant). Un secret alors ?

Quand j’avais 16 ans, ma mère est morte d’un cancer, et mon père ne s’en est pas remis. Bon c’est un peu court, je n’ai pas bien raconté mon histoire. Mais est-ce que ça vous satisfait quand même ? Sommes-nous plus intimes ? Est-ce que nous avons réussi à toucher ce qu’est l’intimité ?…je ne crois pas…

Il faut chercher une autre définition. Si l’intime c’est le secret, le caché, le honteux, le préservé, le fantasmé, le rêvé… Alors l’intimité meurt-elle quand on la montre à tous ? Le regard extérieur, qui s’immisce dans un être, ou dans un tête à tête, ne vient-t-il pas détruire ce qu’il regarde ?

L’intimité est quelque chose qui se vit. Elle ne peut apparaître au spectateur passif, sauf s’il est happé par l’intimité qu’il entrevoit, par le trou de la serrure… Nous le savons tous, parce que nous l’avons tous vécu. C’est pourquoi elle est si précieuse. Heureusement alors, pourrait-on dire, qu’elle meurt si vite !

Alors pourquoi parler d’intimité ? A quoi cela sert-il de communiquer sur elle ? Faire sortir délibérément des parties intimes de nous pour les montrer aux autres, à la société a quelque chose d’essentiel. Pas dans ce que ça a de spectaculaire, mais pour construire et déconstruire notre relation au monde extérieur…

Je prendrai alors une dernière définition. Ce qui est intime c’est ce qui est lié, en relation directe et intense. Partagé, échangé. Quand quelque chose d’extérieur entre à l’intérieur de nous ou vice versa. Par la tête ou par le corps.

Se cottoient à Bruxelles des langues, des cultures, des gens, des vies très très différentes les unes des autres. Il me manque parfois au quotidien de signes, des pensées, des anecdotes qui me permettent d’appréhender la société m’entoure.
Bien sûr, des révélations, des histoires intimes spectaculaires nous en avons : sur les prostituées, les sans-papiers, et même sur les eurocrates… Mais des relations directes, des échanges sincères, sur des sujets simples et quotidiens.

C’est ce que nous avons envie d’essayer de toucher : cette intimité commune qui nous lie par moment, nous habitants d’un même quartier ou d’une même ville. Une intimité qui n’est pas seulement rose, joyeuse et belle, qui parfois est dure, confrontante, mais qui nous apprend toujours beaucoup de choses sur le monde et sur nous-même.

IMG_0305net

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s